Skip to content

Le Sac De Farine Critique Essay

L’argument : Alsemberg, décembre 1975 : Sarah, 8 ans, vit dans un foyer d’accueil catholique. Un jour, son père biologique qu’elle n’a jamais vu se présente pour l’emmener en week-end à Paris. Mais c’est au Maroc que Sarah se réveille, où son père l’abandonne à sa famille. Neuf ans plus tard, en pleine révolte de la faim (la Révolte des Awbach), Sarah rêve de retourner en Belgique…

Notre avis : Nommé à trois reprises aux Magritte, les Oscars du cinéma belge, ce premier film a également obtenu le Prix du Jury Œcuménique au Festival de Mannheim-Heidlberg. Récit d’une acculturation douloureuse, inspiré du vécu personnel de la réalisatrice, Le sac de farine dresse un portrait sans concessions d’une société marocaine patriarcale dans laquelle la femme peine à trouver sa place, entre son rôle prédestiné de génitrice et l’étouffement de toute velléité d’émancipation, artistique, politique, ou sexuelle. Hafsia Herzi incarne avec sobriété et sans effets cette jeune fille enlevée par son père adoptif (Smaïn dans un étonnant contre-emploi), et privée de sa communauté d’adoption belge au nom d’un droit du sang obstiné et vain. César du meilleur espoir féminin pour son rôle dans La graine et le mulet, la jeune comédienne porte littéralement le film, bien épaulée par Hiam Abbas, la plus grande actrice palestinienne, qui interprète ici sa tante compréhensive et bienveillante, rare incarnation d’humanité dans un microcosme marqué par les compromissions familiales et le souci de respecter les convenances.

Le film s’inscrit dans une certaine tendance de cinéma à la fois féministe et romanesque, qui comprend des œuvres aussi diverses que L’une chante, l’autre pas (A. Varda, 1977) ou Les silences du palais (M. Tlatli, 1994). On songe aussi à Persépolis, de par les similitudes de parcours du personnage central. Le sac de farine s’avère pourtant plus lisse et l’on regrettera ses maladresses, notamment le ton larmoyant du prologue belge, et des passages ratés, à l’image de cette inutile idylle avec un étudiant rebelle, incarné par le beau et talentueux Mehdi Dehbi. La direction d’acteurs semble donc être l’atout principal de ce premier film sincère mais parfois manichéen, qui a le mérite d’aborder un sujet assez peu traité à l’écran et encore tabou dans certaines communautés.

Gérard Crespo

Synopsis et détails

Alsemberg, 1975, Sarah, 8 ans, vit dans un foyer d’accueil catholique. Un jour, son père biologique, qu’elle n’a jamais vu, se présente pour l’emmener en week-end à Paris. Mais, c’est au Maroc que Sarah se réveille avec l’appel de la prière. Depuis ce moment, sa vie, son combat sera celui de choisir sa vie et non de subir celle qu’on a choisie pour elle.

Distributeur Mica Films

Récompenses 3 prix et 17 nominations

Voir les infos techniques

Année de production2011

Date de sortie DVD 05/06/2015

Date de sortie Blu-ray-

Date de sortie VOD-

Type de filmLong-métrage

Secrets de tournage 7 anecdotes

Budget2,000,000€

LanguesArabe, Français

Format production -

CouleurCouleur

Format audio-

Format de projection-

N° de Visa128840

Secrets de tournage

Exprérience inédite

Kadija Leclere réalise, ici, son premier long-métrage. La réalisatrice était plus connue, jusqu’à présent, pour ses qualités de directrice de casting. Elle avait notamment officié sur le film JCVD avec Jean-Claude Van Damme ou comme directrice locale du casting de Mr. Nobody. C’est également le premier film de Rania Mellouli (8 ans), qui incarne Sarah durant sa jeunesse.

L’année de Smaïn

Smaïn n’a pas eu le temps de chômer en 2013. En plus de jouer le père de Sarah pour Kadija Leclere dans Le Sac de farine, il était à l’affiche du film policier Un p'tit gars de Ménilmontant réalisé par Alain Minier et de Pauvre Richard en compagnie de Frédéric Diefenthal. En parallèle, il a présenté son nouveau one-man show Mon dernier…avant le prochain. On l’a également vu dans la pièce de théâtre La ménagère improvisée, qu’il a lui-même écrite.

A la source

Ce n’est pas la première fois que Hiam Abass et Hafsia Herzi se donnent la réplique. En 2011, les deux actrices s’étaient déjà croisées sur le plateau de La Source des femmes aux côtés de Leïla Bekhti.

7 Secrets de tournage